Home La vie monastique : un don pour aujourd'hui
La vie monastique un don pour aujourd'hui PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 30 Mars 2010 12:02

A l’Angelus du 19 novembre 2006, sa Sainteté le Pape Benoît XVI s’exprimait en ces termes :

 « Remercions le Seigneur pour les communautés religieuses cloîtrées, pour le don de tant de personnes qui se consacrent à la prière dans le silence et le retrait du monde. Certains se demandent quels peuvent être le sens et la valeur de leur existence à notre époque où les situations de pauvreté et de besoin auxquelles il faut faire face sont nombreuses et urgentes. Pourquoi ‘‘s’enfermer’’ pour toujours entre les murs d’un monastère et priver ainsi les autres de la contribution de ses capacités et de ses expériences ? 

Et pourtant aujourd’hui encore, ils sont nombreux ceux qui abandonnent une carrière souvent prometteuse pour embrasser la règle austère d’un monastère de clôture. Qu’est-ce qui les pousse à accomplir un pas aussi exigeant sinon d’avoir compris comme l’enseigne l’Évangile que le Royaume des cieux est un ‘‘trésor’’ pour lequel il vaut vraiment la peine de tout abandonner (cf. Mt 13,44) ? En effet ces frères et sœurs témoignent en silence qu’au cœur des activités souvent frénétiques de chaque jour, le seul soutien qui ne vacille jamais est Dieu, rocher inébranlable de fidélité et d’amour. ‘‘Tout passe, Dieu ne change pas’’ écrivait sainte Thérèse d’Avila.

Face à la nécessité diffuse, ressentie par beaucoup, de sortir de la routine quotidienne des grandes agglomérations urbaines à la recherche d’espaces propices au silence et à la méditation, les monastères de vie contemplative se présentent comme des oasis dans lesquelles l’homme, pèlerin sur la terre, peut plus aisément puiser aux sources de l’Esprit et se désaltérer le long du chemin. Ces lieux, apparemment inutiles, sont en réalité indispensables comme les ‘‘poumons verts’’ d’une ville : ils font du bien à tous, même à ceux qui ne les fréquentent pas et en ignorent peut-être l’existence. Rendons grâce au Seigneur qui dans sa providence a voulu les communautés religieuses cloîtrées ! Puissent-elles accomplir leur mission : celle maintenir vivante dans l’Église l’attente ardente du retour du Christ. 

Chaque homme porte dans l’intimité de son cœur la nostalgie d’une satisfaction définitive, du bonheur suprême et donc, au fond, de Dieu. Un monastère où la communauté se réunit plusieurs fois par jour pour louer Dieu témoigne de ce que ce désir humain ne finit pas dans le vide : Dieu ne nous a pas abandonnés dans un désert de néant, privé de sens où seule nous attend la mort. Non ! Dieu a éclairé nos ténèbres avec sa lumière par l’œuvre de son Fils Jésus-Christ.

Une abbaye est un lieu de ‘‘de la préférence donnée à Dieu.’’ Comme une oasis spirituelle un monastère indique au monde d’aujourd’hui une chose très importante et même la seule chose décisive : il existe une raison ultime de vivre et cette raison s’appelle Dieu et son amour impénétrable.

Chers fidèles, considérez vos monastères pour ce qu’ils sont, pour ce qu’ils veulent être : non seulement des lieux de culture et de tradition, voire de simples entreprises économiques. Structure, organisation et économie sont nécessaires également dans l’Église, mais ce ne sont pas des choses essentielles. Un monastère est surtout ceci : un lieu de force spirituelle. »

Mise à jour le Mercredi, 02 Juin 2010 07:12
 

Valid XHTML and CSS.