Home Les éléments essentiels de la vie bénédictine Une vie de travail : lectio divina et études
Une vie de travail : lectio divina et études Imprimer Envoyer

Saint Benoît partage le temps de la journée qui n’est pas consacré à la prière en deux grandes occupations : « Les frères doivent, à certains moments, s’occuper au travail des mains et à d’autres heures s’appliquer à la lecture des choses de Dieu » (Règle de saint Benoît 48, 1).

La lecture des choses de Dieu : Lectio divina

Pour se donner avec intelligence et sagesse à l’œuvre de la louange divine, la moniale écoute, approfondit et prie la Parole de Dieu dans le silence et la solitude de sa cellule ; c’est le temps de la lectio divina.

Sous la motion de l’Esprit Saint, la moniale se laisse pénétrer par la Parole afin de connaître avec son intelligence et son cœur ce Dieu qui la fascine. Quand elle lit, c’est Dieu qui lui parle ; elle essaie de se taire pour L’écouter en vérité. Quand elle prie, c’est elle qui parle à Dieu. L’Écriture est sa nourriture quotidienne : « Quand tes paroles se présentaient à moi, je les dévorais : ta parole était le ravissement et l’allégresse de mon cœur », dit le prophète Jérémie. La moniale se laisse émerveiller, attirer par la Parole qui est évangile, bonne nouvelle. Elle aspire à la contemplation, c’est-à-dire à voir tous les êtres et toutes les réalités avec le regard du Christ, dans cette lumière qui s’appelle, ici-bas, la foi. Elle garde cette Parole dans son cœur, comme Marie, tout au long de la journée.

Lectio divinaLa lecture spirituelle envisagée comme préparation et comme prolongement de la prière liturgique et personnelle suppose l’étude, c’est-à-dire un travail intellectuel sérieux et soutenu.

 

“Dieu a voulu que nous soyons fondées sur la doctrine. Il faut donc que nous soyons attachées d’une manière très énergique à l’enseignement apostolique. Dès l’instant qu’à Sainte-Cécile la doctrine viendrait à péricliter, tout s’écroulerait en même temps. Tout doit s’y centrer sur la Vérité, c’est la vocation propre de ce monastère.” (Mère Cécile Bruyère)

Bibliothèque“Que ces heures d’étude vous soient donc comme un foyer de lumière, que votre âme s’y échauffe et s’y agrandisse.

 

 

Plus vous saurez et plus vous aimerez, plus vous serez près du Seigneur. On ne vient donc pas en religion pour se reposer, pour stationner, mais bien plutôt pour avancer toujours plus dans cette aurore de la lumière éternelle.” (Dom Guéranger)

Mise à jour le Samedi, 15 Mai 2010 07:20
 

Valid XHTML and CSS.