Home Les éléments essentiels de la vie bénédictine Une vie séparée du monde pour être unie au monde
Une vie séparée du monde pour être unie au monde Imprimer Envoyer

CloitreLe lieu de vie des moniales est entouré d’un mur ou délimité par une grille qui constituent une séparation d’avec le monde extérieur. C’est ce que l’on appelle la clôture.

Cette séparation effective d’avec le monde pour une réelle recherche de Dieu est la première caractéristique de la vie monastique par rapport à toute autre forme de vie religieuse. Pour imiter le Christ et entrer en participation de sa relation privilégiée avec le Père lors de sa prière sur la montagne ou à l’écart, les premiers moines partaient vivre dans la solitude du désert. De même, les moniales se retirent dans un lieu réservé, la clôture du monastère, pour se vouer à une prière plus intense, dans le silence et le recueillement.

Si la clôture des moniales est souvent plus absolue que celle des moines, c’est en raison d’un charisme spécial lié à leur féminité. En effet, « la vie monastique féminine a une capacité spéciale de réaliser la nuptialité avec le Christ et d’en être le signe vivant. » (Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique ; Instruction sur la vie contemplative et la clôture des moniales Verbi Sponsa, n° 4). Répondre à l’appel du Christ à entrer dans une relation si intime avec Lui qu’elle peut être signifiée par l’union sponsale, exige un don radical de soi. La clôture est un moyen particulièrement expressif pour vivre ce don, jusque dans le libre usage de l’espace et des contacts. « Au don du Christ-Époux, qui a offert tout son corps sur la Croix, la moniale répond par le don de son corps, s’offrant avec Jésus-Christ au Père et collaborant à l’œuvre de la Rédemption. » (Ib. n° 3). Ainsi, « la vocation et la mission d’une moniale de clôture est d’être le signe de l’union exclusive de l’Église-épouse avec son Seigneur aimé par-dessus tout. » (Ib. n° 1)

Cloitre

De l’intimité avec le Christ découle une fécondité qui vient de Lui, celle qu’il a promise à ses disciples : « Celui qui demeure en moi et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruits. » (Jn 15, 5). Dans la solitude de la clôture, les moniales présentent au Seigneur les intentions du monde entier, qu’elles portent dans leur prière. « De même que Marie, au Cénacle, par sa présence orante, conserva en son cœur les origines de l’Église, de même au cœur aimant et aux mains jointes des cloîtrées est confiée la marche de l’Église. » (Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique ; Instruction sur la vie contemplative et la clôture des moniales Verbi Sponsa, n° 4).

 

Mise à jour le Lundi, 31 Mai 2010 10:31
 

Valid XHTML and CSS.